View Gallery

L’héritage Werther

Available in

Livre

13.00 €

Français
220
979-10-90869-13-4

Le livre

Les Fades, un hameau incertain perdu dans les monts de Blond. Ses masures, sa mare

communale sinistre et ses chats errants.

Les Fades, cernées de prés trempés, d’étangs encombrés d’arbres morts et de vastes forêts où

l’on a jadis dispersé des pierres à légende.

Les Fades où ne vit qu’un vieillard nommé Gus.

L’héritage n’est pas la maison de la défunte Suzanne Werther, que son petit-fils Simon est

venu rafraîchir et où il profitera du temps et d’un isolement nécessaire pour essayer d’écrire

un roman.

L’héritage n’est pas non plus dissimulé dans les tiroirs, sous le plancher ou derrière les

poutres, comme l’espérait Simon.

L’héritage surviendra par un matin brumeux sous la forme d’une fille aux cheveux longs sur

une mobylette orange.

Elle se nommera Olga. Elle sera belle, naïve, troublante.

Simon, envoûté, tardera à détecter le démon tapi sous l’enveloppe de l’ange.


L’auteur

CH-portrait

Cyril Herry est né à Limoges en 1970.

Il vit et travaille à La Croisille-sur-Briance, en Haute-Vienne.

Il dirige les éditions Ecorce depuis 2009.

A ce jour, il a publié trois ouvrages, L’héritage Werther étant son deuxième roman.

Critiques

Ga Roupe : 18 décembre, 12:25 ·

SERVICE DE PRESSE

Cyril Herry est éditeur, amateur de photographie, adepte de la nature et

donc écrivain. Cet héritage est son deuxième roman.

Question nature, on est servi ! Quentin revient dans les Monts de Blonds

dans la maison laissée par sa grand-mère. Jeune informaticien en quête

d’écriture, Quentin arrive là comme un cheveu sur la soupe pour remettre la

maison d’aplomb et, tout en redonnant un coup de propre et de peinture,

espère tomber sur la cache au cash de la mamie.

Il faut passer les premières pages pour ressentir ensuite toute la tension de

l’histoire que Cyril Herry dévoile petit à petit. Le seul reproche que l’on

pourrait faire à l’auteur serait qu’il ne parvient pas à faire croire très

longtemps à l’innocence et à la pureté d’Olga. Mais je pense que son

propos n’était pas de masquer l’état de coupable d’Olga, de nous la faire

passer pour angélique et victime mais bien de s’attacher à Quentin et de

nous montrer par quel biais, par quel ressort dramatique, par quel logique

propre mais cohérente et naturelle pour lui-même il s’enferme dans sa

propre fatalité à partir du moment où il a posé son regard sur Olga.

Le reste…

Related Products